Les six instants clefs de Jérémy Marchandeau lorsqu’on lui parle de voyage, c’est ici et maintenant ! Si c’est sa passion pour le rugby qui l’a mené jusqu’en Nouvelle-Zélande en premier lieu, en 2004, ses liens avec le pays du long nuage blanc sont désormais immuables… Pour le plus grand plaisir des lecteurs de Quelque chose de Nouvelle-Zélande ! 

Quelque chose qui te donne envie de voyager :

Pas facile comme question car j’ai toujours envie de voyager ! Mais le plus grand détonateur, me concernant, je pense que ce sont les épices. Il suffit que je goûte ne serait-ce qu’une portion d’un taco, d’un tajine ou d’un curry pour que je m’évade (dans mes rêves tout du moins) au Mexique, au Maroc ou en Inde !

Quelque chose que tu emmènes toujours avec toi :

Outre mon téléphone portable, outil indispensable (photos, cartes, notes, musique…), j’emporte à chaque voyage un couteau suisse qui m’a été offert pour mes 8 ans. Ledit couteau est malheureusement au bout du rouleau ; j’en ai acheté un nouveau l’an dernier.

Quelque chose que tu prends toujours en photo :

Ce que je mange. Non pas dans un délire #FoodPorn pour partager mes assiettes sur les réseaux sociaux, mais pour me souvenir des goûts et des odeurs… Comme je l’ai dit plus haut, les épices provoquent en moi une furieuse envie de voyager !

Quelque chose que tu pourrais manger tous les jours :

Là aussi c’est difficile comme question car j’aime énormément de choses, et l’un de mes plus grands plaisirs est de goûter de nouvelles saveurs. Cela étant dit, je mangerais volontiers des xiǎolóngbāo de Shanghai plus souvent !

Quelque part où tu rêverais d’aller :

Je rêve de parcourir les steppes mongoles ! Avec ma femme, ça fait des années qu’on en parle, mais ce voyage ne s’est pas encore concrétisé.

Quelque part où tu voudrais retourner :

J’aimerais retourner à Taïwan. Les gens sont tellement adorables ! À côté de ça, les paysages sont magnifiques, et au niveau culinaire on frôle l’extase à la moindre bouchée.

Et sinon, pourquoi Nanika ?

Ce que j’apprécie énormément, c’est qu’avec Nanika, on sort des sentiers battus. Nanika propose une vision du voyage authentique, sincère, centrée sur l’humain. J’aime aussi le côté indépendant de cette maison d’édition.