CV_BODNATH_ulule_nanika

Impressions de Bodnath

On parle facilement de ses aventures les plus lointaines, celles où l’on s’est senti l’âme d’un explorateur, mais on oublie souvent de raconter son quartier et son quotidien. C’est pourtant une réelle aventure que de se poser, de regarder patiemment un endroit unique et de le donner à voir tel qu’il respire. C’est un voyage au cœur du quotidien. C’est exprimer pourquoi chaque ruelle, chaque personnage, chaque odeur, au fond nous appartient un peu. C’est raconter pourquoi ce quartier vivra toujours en nous.

En 2014, Tanguy Malibert-Le Cunff se rend pour la première fois au Népal, à Kathmandu, dans le quartier de Bodnath. Il décidera de ne plus repartir et de s’installer dans ce petit bout du monde. Quelques années plus tard, c’est dans ce livre qu’il nous raconte son voyage immobile.

On plonge avec lui dans le récit d’un auteur-témoin, d’un visiteur qui a choisi de se tenir immobile là où tous les autres sont en mouvement. On découvre le stupa, les vapeurs d’encens et la cérémonie matinale des écoliers… Les scooters qui vibrent, les marchands qui crient, les porteurs qui déambulent, les chiens qui aboient… et en fond sonore, la mélodie des mantras. Et puis on rit. On rit des malentendus culturels, des situations cocasses. On rit avec cet auteur qui sait rire de lui-même. Les photographies montrent le mouvement, les couleurs et le capharnaüm quotidien, de manière si précise que l’espace d’un instant, ivres des vapeurs d’encens, on se plaît à croire que ces ruelles nous les connaissons aussi un peu.

Photographies : Tanguy Malibert-Le Cunff
29,00
Aperçu

Les mangeurs de ville – Paris

Au début était la marche : évolution naturelle, instinctive, vitale. Mais au début était aussi la nourriture : premier voyage du nourrisson rampant sur le ventre de sa mère pour aller se restaurer. Au commencement étaient donc la marche et la nourriture. Pour certains, un couple d’évidences sans grand intérêt. Marcher et manger, oui, d’accord, bien sûr, mais enfin… alors que penser, travailler, créer, voilà de véritables activités dignes d’adultes.

Pour d’autres au contraire, comme pour les auteurs de cette collection, il s’agit d’une paire vitale. Ils marchent et ils mangent. Ils avalent les kilomètres et les spécialités du jour. Dévorent l’asphalte et le bon pain. Goûtent les découvertes et la bonne chère. Ventres affamés et esprits insatiables, ils marchent parfois en mangeant. Ou mangent en marchant. Les boulangeries. Les troquets. Les restaurants. Une rencontre. Des impressions furtives. Des sensations décortiquées. Page après page, le périple prend forme dessinant une carte de leur voyage gustatif. Quand la soif de découvrir leur étrille le gosier, ces voyageurs-estomac se transforment en mangeurs de ville et vous invitent à les accompagner !

« Les Mangeurs de ville » est une collection de récits gourmands innovante qui vous propose de découvrir une ville différemment, en la croquant un pas après l’autre. Une promenade gustative et littéraire pour remettre l’humain au coeur du voyage et se sentir, enfin, rassasié. Attention : ceci n’est pas un guide touristique. Si vous êtes à la recherche d’une liste de restaurants à tester ou de conseils de visite, passez votre chemin !

Illustrations : Fanny Liger.
12,00
Aperçu
editions-nanika-mangeurs-de-ville-reykjavik-anais-vially

Les mangeurs de ville – Reykjavik

Au début était la marche : évolution naturelle, instinctive, vitale. Mais au début était aussi la nourriture : premier voyage du nourrisson rampant sur le ventre de sa mère pour aller se restaurer. Au commencement étaient donc la marche et la nourriture. Pour certains, un couple d’évidences sans grand intérêt. Marcher et manger, oui, d’accord, bien sûr, mais enfin… alors que penser, travailler, créer, voilà de véritables activités dignes d’adultes.

Pour d’autres au contraire, comme pour les auteurs de cette collection, il s’agit d’une paire vitale. Ils marchent et ils mangent. Ils avalent les kilomètres et les spécialités du jour. Dévorent l’asphalte et le bon pain. Goûtent les découvertes et la bonne chère. Ventres affamés et esprits insatiables, ils marchent parfois en mangeant. Ou mangent en marchant. Les boulangeries. Les troquets. Les restaurants. Une rencontre. Des impressions furtives. Des sensations décortiquées. Page après page, le périple prend forme dessinant une carte de leur voyage gustatif. Quand la soif de découvrir leur étrille le gosier, ces voyageurs-estomac se transforment en mangeurs de ville et vous invitent à les accompagner !

« Les Mangeurs de ville » est une collection de littérature de voyage. Une promenade gustative et littéraire pour remettre l’humain au coeur du voyage et se sentir, enfin, rassasié. Attention : ceci n’est pas un guide touristique.

14,00
Aperçu
Les mangeurs de ville-tokyo-frederic-abergel-editions-nanika

Les mangeurs de ville – Tokyo

Au début était la marche : évolution naturelle, instinctive, vitale. Mais au début était aussi la nourriture : premier voyage du nourrisson rampant sur le ventre de sa mère pour aller se restaurer. Au commencement étaient donc la marche et la nourriture. Pour certains, un couple d’évidences sans grand intérêt. Marcher et manger, oui, d’accord, bien sûr, mais enfin… alors que penser, travailler, créer, voilà de véritables activités dignes d’adultes.

Pour d’autres au contraire, comme pour les auteurs de cette collection, il s’agit d’une paire vitale. Ils marchent et ils mangent. Ils avalent les kilomètres et les spécialités du jour. Dévorent l’asphalte et le bon pain. Goûtent les découvertes et la bonne chère. Ventres affamés et esprits insatiables, ils marchent parfois en mangeant. Ou mangent en marchant. Les boulangeries. Les troquets. Les restaurants. Une rencontre. Des impressions furtives. Des sensations décortiquées. Page après page, le périple prend forme dessinant une carte de leur voyage gustatif. Quand la soif de découvrir leur étrille le gosier, ces voyageurs-estomac se transforment en mangeurs de ville et vous invitent à les accompagner !

« Les Mangeurs de ville » est une collection de littérature de voyage. Une promenade gustative et littéraire pour remettre l’humain au coeur du voyage et se sentir, enfin, rassasié. Attention : ceci n’est pas un guide touristique.

14,00
Aperçu
Afrique du Sud - Editions Nanika

Quelque chose d’Afrique du Sud

L’Afrique du Sud est un pays à la fois bien connu et complètement méconnu du grand public. On connaît l’apartheid, les safaris et leurs lions, Joahnnesburg (qui, non, n’est pas la capitale), Nelson Mandela, la Coupe du monde (rugby et foot), Sowetho. Mais on oublie souvent les rites xhosas ou zoulous, l’ubuntu, le pap, la fierté des Khoi-khoi, la vie des fermiers, les guérisseurs, l’univers underground de Johannesburg… et tant d’autres.

Camille Hinas est arrivée en Afrique du Sud en 2017. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de ce pays fascinant, de son peuple, de son histoire et de son quotidien. Qui sont les Khoisans et les Bantous ? Qu’est-ce qu’une sangoma ? Comment est fait le morogo wa diwana ? Quels sont les enjeux sociaux auxquels doit faire face aujourd’hui la Rainbow Nation ? Et au niveau environnemental, comment protéger ce patrimoine naturel incroyable ? Ce guide culturel vous offre un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l’âme de l’Afrique du Sud. Vous n’y trouverez pas de bonnes adresses ni d’itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel et engagé qui donne à voir la nation arc-en-ciel au-delà des clichés, un portrait honnête, sans artifice ni simagrée, à la fois beau et tragique, lourd et léger, plein d’espoir mais aussi de doutes, sauvage et urbain… à l’image de l’Afrique du Sud.

Photographies intérieures : Illiès Boussaha
Photographie de couverture : Carlos Tellez.
15,00
Aperçu
editions-nanika-quelque-chose-de-bali-couverture-alexia-dreau-couverture

Quelque chose de Bali

Bali… Quatre petites lettres qui en font rêver plus d’un. « Le paradis sur terre », « l’île des dieux »… Quatre petites lettres mais tellement de surnoms. Quatre petites lettres qui recouvrent une réalité bien plus complexe que celle que l’on vous vend. Car au-delà du « Bali marketing », des belles rizières et des plages « sauvages », se cache une culture millénaire d’une complexité et d’une richesse incroyables.
Alexia Dréau s’est installée à Bali en 2018. Dans ce livre, elle vous emmène à la rencontre de cette petite île du bout du monde, de ses habitants, de son histoire et de son quotidien. Qui étaient les Majapahits ? Qu’est-ce qu’un kampung ? Comment faire des offrandes ? Doit-on manger avec les doigts ? Qu’est-ce qu’une danse barong ? En quoi la limitation du tourisme de masse est-elle indispensable à la survie de l’île ? Ce petit guide culturel vous offre ainsi un panorama complet de tous ces petits quelque chose qui font l’âme de Bali. Vous n’y trouverez pas de bonnes adresses ou d’itinéraires mais une rencontre humaine avec un pays et ses habitants, un guide personnel et engagé qui donne à voir l’île des dieux au-delà des clichés et des stéréotypes. Car comme le dit l’auteure de cet ouvrage « Nous avons le pouvoir de transformer un voyage en apprentissage »… et c’est par là que cela commence !

Photographies intérieures par Alexia Dréau et Luca d’Ortenzi
Photographie de couverture : Alexia Dréau.
15,00
Aperçu
Promo ! Editions Nanika_Quelque chose de Coree du Nord_Jaulmes_Muller_Fourmeau_Maurus_couverture

Quelque chose de Corée du Nord

Parler d’un pays dont personne ne sait rien mais que tout le monde croit connaître, présenter un pays où le lecteur n’a que peu de chances d’aller un jour et toutefois essayer de le convaincre de s’y intéresser, montrer la complexité d’un régime qui semble n’attirer que les simplifications, voilà le pari fort audacieux de Delphine, Alexia et Camille. Et comment ont-elles osé ? Tout simplement parce qu’un jour elles ont décidé, du haut de leurs études de coréen, d’aller voir ailleurs si elles y étaient, de transgresser les interdits, les préventions et les limites politiques dont elles n’étaient en rien responsables. Bref de traverser le miroir. 

En allant toujours droit aux informations de première main dès que c’était possible, les voilà en route pour Pyongyang, la capitale de la République populaire de Corée, alias Corée du Nord, et plus exactement pour l’université Kim Il Sung, la plus prestigieuse du pays. Pour y étudier, regarder, rencontrer. Est-ce à dire que tout s’est passé facilement et que toutes les portes se sont ouvertes ? Évidemment non, mais davantage qu’en restant à Paris confit dans leurs certitudes. Ce petit livre vivant et informé doit beaucoup justement à leurs séjours, qui leur confèrent une autorité plutôt rare. Et leur permet d’oser s’en prendre aux lieux communs. Chercher à comprendre est une chose, aller à l’encontre de ce qui est répété si souvent que cela en devient une vérité en est une autre.

(Extrait de la préface du Pr Patrick Maurus)

18,00 15,00
Disponible le
Aperçu
Pré-commande
editions-nanika-quelque-chose-de-coree-du-sud-elise-ducamp-couverture

Quelque chose de Corée du Sud

NOUVELLE ÉDITION DISPONIBLE : Quelque chose de Corée du Sud

Qu’appelle-t-on les Trois Royaumes ? Qu’est-ce qu’une ajumma ? Que symbolise le vert jade des palais coréens ? Le kimchi et le soju, c’est quoi ? Les Coréens croient-ils vraiment aux fantômes ?
J’ai voulu écrire ce livre pour répondre à toutes ces questions et faire enfin découvrir ce pays si riche mais dont on entend que très peu parler. C’est un guide sur l’identité coréenne, sur cette façon de vivre et de penser si différente, sur ce sentiment étrange qui m’a prise au corps quand je suis arrivée à Séoul et qu’on appelle communément « choc culturel ». C’est un guide sur les Coréens, leur manière d’être et de voir les choses, comment ils se considèrent, ce qu’ils ont vécu et ce qu’ils sont en train de vivre, ce en quoi ils croient mais aussi ce qu’ils ne comprennent pas.
Que vous prépariez un voyage ou que vous soyez simplement intéressé(e) par ce merveilleux pays, vous trouverez dans ce guide toutes les clés pour comprendre la Corée du Sud.

14,50
Aperçu
Lire la suite